Soins De Support

soins de support

Table des matières
Articles de blog associés

Que sont les soins de support ?

Nuage de mots autour des soins de support
Beaucoup d’appellations pour des concepts identiques ou proches : soins de support, thérapies complémentaires, interventions non médicamenteuses

Elles désignent en fait les approches non conventionnelles qui viennent en complément de la médecine allopathique pour améliorer l’état de santé global (les symptômes, la qualité de vie…).

Elles sont toutes composées de deux parties.

Précisons ce que couvrent ces différentes expressions

Le premier terme peut ainsi prendre plusieurs variantes et se décliner au singulier comme au pluriel. En voici les définitions tirées du Robert :

  • La médecine est l’art de prévenir et soigner les maladies de l’homme.
  • Un traitement est l’ensemble des moyens employés pour guérir.
  • Une thérapie est un ensemble de procédés concernant un traitement déterminé.
  • Les soins sont les actes par lesquels on soigne.
  • Une intervention est l’acte d’intervenir, de jouer un rôle.

Un deuxième mot ou groupe de mots exprime ensuite par différentes nuances la distinction avec la médecine conventionnelle.

  • Non conventionnel ou alternative par opposition.
  • Parallèle ou complémentaire impliquant la notion de complémentarité avec la médecine conventionnelle.
  • Douce pour évoquer l’absence d’effets secondaires désagréables contrairement aux traitements médicaux.
  • Non pharmacologiques ou non médicamenteux indiquant la non utilisation des substances à la base des médicaments.
  • Traditionnel qui fait référence à l’usage de remèdes naturels.
  • De confort, de support ou de soutien suggérant un effet qui n’est pas thérapeutique mais améliore le bien-être.

Notre choix d'expression

L’expression « intervention non médicamenteuse » ou INM (de la Plateforme Universitaire Collaborative d’Evaluation des programmes de Prévention et de Soins de support CEPS) nous semble la plus appropriée.

Elle sous-entend en effet l’action humaine menée pour prévenir, soigner ou guérir, par l’utilisateur, acteur de sa santé, ainsi que par le professionnel.

D’autre part, elle ne limite pas l’action à un complément de traitement (en matière de prévention par exemple, une INM peut s’appliquer seule).

Elle laisse enfin un large champ en matière de modes d’action. Non médicamenteux, ils peuvent donc concerner des processus biologiques, psychologiques, comportementaux. Il faut d’autre part ici entendre l’expression « non médicamenteux » dans un sens plus large que les médicaments. Elle exclut en effet les autres types de traitements médicaux ayant une action invasive (radiothérapie, chirurgie, implantation de dispositifs).

Quel rôle jouent les interventions non médicamenteuses ?

Quel que soit le nom qu’on leur donne, les INM constituent une composante essentielle dans l’ensemble des soins. Thérapies secondaires des traitements médicaux, elles s’intègrent dans une approche globale du parcours de soins.

Ces soins et soutiens nécessaires aux personnes malades visent à améliorer leur qualité de vie. Prenant en compte les différents niveaux de bien-être (physique psychologique et social), ils :
  • soulagent les symptômes,
  • atténuent les effets secondaires des traitements,
  • fournissent un soutien psychologique.
Les patients atteints de maladies graves ou chroniques notamment peuvent bénéficier de soins complémentaires. Nommés soins oncologiques de support quand ils s’adressent aux patients atteints de cancer, de nombreux acteurs interviennent dans leur développement :
  • l’INCa (Institut National du Cancer),
  • l’AFSOS (Association Francophone des Soins Oncologiques de support),
  • le réseau régional de cancérologie,
  • les ARS (Autorités Régionales de Santé),
  • les centres de soins.

Soins de support - avertissement

Variabilité
Tout individu réagit de manière unique à une intervention, qu’il s’agisse de l’usage d’un produit, de la pratique d’une activité, d’une manipulation….

Les effets des interventions non médicamenteuses peuvent ainsi varier d’une personne à l’autre, voire d’un moment à l’autre.
Compatibilité
Une intervention, médicamenteuse ou non, peut entrer en conflit avec d’autres traitements ou des conditions médicales particulières.
Besoin d’expertise

Aussi est-il important de consulter l’équipe médicale avant de pratiquer une intervention non médicameuse pour assurer la meilleure qualité du panier de soins.

Seuls des professionnels de santé ont en effet les compétences nécessaires pour identifier l’adéquation, et la sécurité, d’une pratique avec une situation donnée et l’adapter dans le temps en fonction de l’évolution de l’état de l’individu.

Cette page vise à sensibiliser à l’existence des soins de support. Ils n’ont pas tous encore fait l’objet d’études prouvant leur efficacité et identifiant leurs éventuels risques sur la santé.

Quels sont les différents types d'INM ?

Produits consommés (nutrition & plantes)

La manière dont on se nourrit joue un rôle essentiel dans la santé.

Apporter à l’organisme les nutriments essentiels vient ainsi en complément des traitements pour retrouver son bien-être chamboulé par la maladie.

Cela passe notamment par la nutrition, qui va orienter les aliments à consommer ainsi que les compléments alimentaires. Elle peut se compléter par la phytothérapie, qui s’appuie sur les propriétés thérapeutiques des plantes.  

Produits de confort et bien-être

L’usage de produits peut se révéler source de bien-être dans des étapes de vie compliquées.

En effet, ils peuvent apaiser les gênes, douleurs, inconforts que l’on peut alors ressentir. Ils agissent aussi bien sur le confort physique que sur le bien-être psychologique et social.

Ils peuvent en fait être de nature variée : solutions textiles, capillaires, pour la mobilité ; produits pour la peau ; objets connectés…

Pratiques physiques

Un certain nombre d’interventions physiques ont notamment démontré leurs effets bénéfiques sur la santé et la qualité de vie, en thérapie comme en prévention. En particulier, elles jouent un rôle majeur dans la prise en charge de la douleur et de la fatigue.

De nature variée, elles peuvent ainsi agir sur les différents niveaux de bien-être (sur les plans physique psychologique et social). Activité physique adaptée, kinésithérapie, ostéopathie et autres thérapies manuelles, ergothérapie… en sont autant d’exemples.

Approches thérapeutiques psychologiques

Elles appliquent une méthode ou un ensemble de méthodes pour aider les personnes à :
  • résoudre des problèmes psychologiques,
  • améliorer leur bien-être mental.
Il existe ainsi de nombreuses approches thérapeutiques psychologiques différentes, avec leurs propres théories et techniques. Chacune s’attaque donc par un angle spécifique à la maladie conjointement aux traitements médicaux.

On peut citer par exemple la psychothérapie, l’hypnose, la relaxation, l’art-thérapie, la socio-esthétique…

Thérapies numériques

Par le jeu vidéo
Approche de traitement également connue sous le nom de jeu vidéo thérapeutique ou ludothérapie, elle repose sur des jeux vidéo spécialement conçus à des fins thérapeutiques.

Elle s’inspire notamment des avantages potentiels des jeux vidéo pour la santé mentale, la rééducation et la gestion de certaines conditions médicales.

Les jeux vidéo thérapeutiques sont ainsi conçus pour être engageants et motivants. Ils utilisent en effet  des mécanismes de jeu, tels que les récompenses, les objectifs et les défis, pour encourager la participation régulière et l’implication active des patients.
Par la réalité virtuelle
C’est une forme de traitement qui s’appuie sur des environnements virtuels interactifs pour traiter divers problèmes de santé mentale, émotionnelle ou physique.

Elle permet ainsi aux patients d’interagir avec des environnements ou des situations simulés. Elle utilise les technologies de réalité virtuelle, en particulier des casques VR, des gants haptiques ou des contrôleurs de mouvement.

Nous expédierons toutes les commandes passées jusqu’au 23 décembre à 16h.

Et reprendrons les livraisons le 2 janvier.

Passez de Belles Fêtes !