Article
gouttes rue du colibri

Estime de soi, cancer & turbans par Maryline

L’estime de soi est malmenée pendant un cancer. Maryline, par la création de turbans, aide les femmes en parcours de soins à la retrouver.
Sa vision en quelques mots :  l’estime de soi est avant tout prendre soin de soi, apprendre à se regarder et à s’aimer malgré la maladie. Et bien sûr, essayer de garder le sourire.
Maryline Mugnier créatrice des Turbans d'Alice
Maryline Mugnier est une femme de convictions. Après une carrière dans l’industrie pharmaceutique, elle décide de se reconvertir et de s’investir auprès des femmes en chimiothérapie mais également des adolescents et des jeunes enfants. Sa mission ? Les accompagner dans leur perte de cheveux.

Aussi, en 2009, l’idée lui est venue d’habiller les têtes nues des femmes en parcours de soin de cancer. Depuis, à travers Les Turbans d’Alice, elle vêt les têtes des femmes en sa qualité de prothésiste capillaire. Turbans, bandeaux, chapeaux, ces accessoires se transforment en habit indispensable du quotidien et allient confort et qualité.
Lors d’un atelier organisé pendant Octobre Rose, nous avons souhaité aborder avec elle le sujet, ô combien important lorsque la maladie nous touche, de l’estime de soi.

En effet, l’estime de soi est impactée par les traitements contre le cancer qui impliquent des changements physiques. Aussi, se sentir bien dans ses vêtements et se sentir belle aident dans le parcours de guérison. Toutefois, les choses ne sont pas si aisées, comme nous l’explique Maryline dans cet article.

Comment se sentir belle et garder l’estime de soi avec un cancer, malgré la perte de cheveux ?

Culturellement et socialement, la perte de cheveux chez la femme n’est pas un phénomène usuel. Contrairement aux hommes qui, par un défaut de testostérone, peuvent connaître une chute de cheveux plus ou moins abondante.

Aussi l’on prend conscience que quelque chose de grave est arrivé. Le regard que l’on porte sur soi, mais aussi le regard des autres, sont plus difficiles à accepter, à supporter.
Accepter la perte de cheveux dans le cancer
À défaut d’habiller le corps nu des femmes, j’ai choisi d’habiller leurs tête nues afin de leur apporter confort et féminité. À travers mon métier, je m’emploie à créer des solutions pour que ces femmes – en chimiothérapie, en pelade et grandes brûlées – tendent à accepter cette perte de cheveux, c’est-à-dire une partie d’elle-même.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre démarche à travers les turbans ?

Un bonnet pour garder la tête au chaud
Bien sûr ! Habiller la tête des femmes n’est pas seulement un acte esthétique, c’est également permettre la régulation de la température corporelle au niveau de la tête. À cet effet, je n’utilise que des matières douces, telle que la fibre de bambou qui est thermorégulatrice.
J’ai l’habitude de dire que les turbans et les bandeaux sont de véritables pantoufles de la tête. Quant aux perruques, elles ont un effet social, elles permettent de donner le change en public – conserver sa couleur et sa coupe de cheveux. Turbans, bandeaux et perruques permettent de garder sa féminité.

En tant que français, nous avons peu l’habitude de porter des couvre-chefs ou bien il s’agit de chapeaux portés à des occasions particulières.

Tout à fait. Par exemple, l’usage des turbans est rare en France. Cet accessoire possède une connotation religieuse et culturelle forte. Toutefois, je conçois ces couvre-chefs comme de véritables accessoires de mode à assortir avec ses vêtements. Leurs couleurs peuvent être discrètes ou chatoyantes, il y en a pour tous les goûts !

Habiller sa tête est aussi important qu’habiller son corps. Certaines femmes n’aimeront pas porter de couvre-chef mais, de par l’absence de cheveux, il faut penser à se préserver du froid. Si vous ne vous sentez pas encore prête, trouvez des alternatives : par exemple, nouer un foulard sur sa tête, mettre une broche sur son bonnet, etc.

Il s’agit véritablement d’un nouvel usage à adopter.
le turban dans le cancer comme accessoire de mode

Des conseils pour bien porter son turban ?

Mettre son turban dans le cancer
Premier conseil : pour passer inaperçue, restez sur des couleurs foncées. Si, au contraire, vous souhaitez apporter de la gaieté à votre tenue, osez les couleurs franches.

Deuxième conseil : colorez vos lèvres et vos joues pour donner du relief à votre visage notamment si vous avez perdu vos cils et/ou vos sourcils.
Troisième conseil : appréhendez les turbans selon votre propre ressenti. Envie de porter de la couleur pour être vue ou au contraire, envie d’être discrète et de passer inaperçue, portez des couleurs foncées, plus passe-partout. Il n’y a pas de règle. Le plus important est de vous sentir bien dans votre peau.

Pour s’habiller le corps ou la tête, nous avons l’habitude de nous regarder dans un miroir. Or, suite à une perte de cheveux, il est souvent difficile d’affronter son image. En somme, pour nouer un turban, se regarder dans le miroir est-il un passage obligé ?

Non. Je propose des turbans préétablis, c’est-à-dire qu’il vous suffit de les enfiler comme un bonnet. Ensuite, vous pouvez l’ajuster en vous regardant dans un miroir mais vous ne verrez pas votre tête nue.

Il est important de ne pas se forcer à regarder. Chaque femme pose son propre regard sur la chute de cheveux et les sensations sont différentes d’une personne à une autre.Il s’agit véritablement d’un nouvel usage à adopter.
Accepter son image dans le cancer

En général, l’estime de soi revient avec le temps, notamment à travers l’acceptation et la résilience mais aussi avec la mise en place de nouvelles habitudes. Avez-vous des exercices à proposer pour retrouver l’estime de soi ?

Tout d’abord, il est important de travailler avec son entourage : essayez des vêtements et du maquillage tout en demandant l’avis de votre conjoint(e) et/ou à vos enfants. Ces derniers se sentiront impliqués et vous permettront de vous sentir belle dans leurs yeux.

Pour les femmes qui n’ont pas l’habitude de se maquiller, n’hésitez pas à demander conseil auprès des socio-esthéticiennes. Outre l’aspect esthétique – donner du relief au visage et un effet bonne mine, il s’agit avant tout de prendre soin de soi et de renouer avec sa féminité.

Idem, je vous invite à prendre soin de votre corps que ce soit par l’adjonction de crème ou bien en vous offrant un soin massage. Prendre soin de son corps, c’est également prendre soin de son esprit.

En outre, la sophrologie, le yoga et la méditation peuvent vous aider à vous détendre et à calmer votre esprit. Il s’agit d’exercices – pour les deux dernières disciplines – que vous pouvez pratiquer à la maison, seule ou avec un(e) ami(e).

Enfin, il n’y a pas de recette miracle : continuez à faire ce qui vous fait plaisir et vous permet de vous ressourcer.

Souvent, la repousse des cheveux est un évènement très attendu car elle signifie un retour vers le mieux. Toutefois, on est parfois déçue par la « liberté » prise par nos cheveux… Comment appréhender leur retour ?

Il faut savoir que le cheveu pousse plus lentement sur le dessus de la tête. En conséquence, le début de la pousse laisse apparaître une couronne, la même que porte les messieurs dégarnis… Pas de panique, la pousse de vos cheveux s’uniformisera avec le temps.
En attendant, je vous conseille de couvrir le dessus de la tête avec un foulard.

Vous pouvez également solliciter votre perruquier pour égaliser la coupe de cheveux.

N’hésitez pas à lui demander des conseils pour les coiffer et les styliser ; ce dernier sera beaucoup plus au fait que votre coiffeur.
Même si l’aspect de vos nouveaux cheveux n’est pas celui souhaité, le point positif est qu’ils sont… nouveaux – comme ceux d’un bébé – et seront donc plus beaux et plus forts.

Vis-à-vis de votre entourage (mais aussi de vous-même), si vous portez une perruque, vous pouvez couper cette dernière afin de porter une coupe courte ; la transition sera plus aisée lorsque vos cheveux auront atteint cette longueur et que vous souhaiterez enlever turbans, perruques et bandeaux.

En tout cas, il n’y a aucune obligation. Vous n’êtes pas tenue d’ôter vos habits de tête dès la repousse de vos cheveux. Il s’agit avant tout de trouver votre rythme afin de vous sentir belle et féminine.

Les socio-esthéticiennes sont d’une grande aide lors d’un parcours de soin. D’autres professionnels existent-ils pour accompagner les patientes atteintes d’un cancer ?

Oui, ils sont nombreux ! Il ne faut pas hésiter à solliciter les hôpitaux, les maisons des patients et les associations. Ces derniers comptent du personnel qualifié et une documentation utile pour se renseigner.

Vous pouvez également trouver un grand nombre d’informations sur Internet. Elles auront l’avantage de cibler votre lieu de résidence. De plus, si vous ne souhaitez ou ne pouvez pas vous déplacer, certains professionnels viennent au domicile.

Enfin, vous pouvez utiliser les réseaux sociaux. Il existe notamment des groupes Facebook où vous pourrez échanger en toute tranquillité, écouter des témoignages et poser des questions.

Pour conclure, je dirai que le plus important, c’est de ne pas être isolée. Si votre entourage a du mal à vivre la situation, ne pas hésiter à questionner des professionnels ou des personnes en parcours de soin.
Nous remercions Maryline pour ce témoignage riche et plein de sens, ainsi que pour ses nombreuses contributions à notre aventure.
Vous pouvez retrouver ses créations sur son site Les Turbans d’Alice.

Et un grand merci à notre journaliste en devenir préférée, Gwladys Seabra, pour la rédaction de cet article !

Et si vous cherchez un vêtement à assortir à votre turban pendant votre parcours de soins, rendez-vous dans notre boutique.