Bien vivre avec une voie veineuse thoracique

Voie veineuse centrale

Table des matières
Articles de blog associés
Produits Rue du Colibri

Qu’est-ce qu’une voie veineuse thoracique ?

Une voie veineuse thoracique (centrale) est un dispositif médical, implanté au niveau du thorax, qui permet le passage de fluides entre l’extérieur de l’organisme et une veine cardiaque.

Plus précisément, il s’agit d’un tube fin et souple (cathéter), dont on positionne une des extrémités au niveau d’un vaisseau sanguin du cœur.

Quant à l’autre extrémité, elle peut :

Les échanges de fluides peuvent d’autre part aller dans les deux sens :

  • de l’extérieur, pour injecter des liquides dans la circulation sanguine (médicaments, nutriments),
  • vers l’extérieur, pour le prélèvement de sang.

Pourquoi faut-il en prendre soin ?

Certes, ce dispositif constitue un corps étranger non désiré. A ce titre, il peut engendrer des sentiments divers : blessure d’intimité, dépossession de son corps, mal-être, rejet, transformation de l’image de soi…

Néanmoins, il s’agit d’un appareil qui sauve. Car la voie veineuse centrale permet d’introduire, dans l’organisme, des substances nécessaires à sa guérison. Comme la chimio dans le cancer par exemple, ou la dialyse dans l’insuffisance rénale. Il préserve ainsi les veines du bras de piqûres incessantes et agressives qu’il vient remplacer.

Aussi faut-il apprendre à l’apprivoiser pour bien vivre avec et finir par le considérer comme un compagnon et un allié de soins.

Afin de garantir son bon fonctionnement et supprimer les risques que son utilisation peut engendrer, il convient donc d’en prendre bien soin.

Comment prendre soin de soi avec son dispositif ?

Suivi des recommandations

La pose d’une voie veineuse centrale au niveau du thorax s’accompagne de règles d’utilisation et d’entretien transmises par les équipes soignantes.

Elles sont importantes à respecter pour éviter les risques, d’infection notamment, que les dispositifs font courir.

Élimination de l'inconfort et de la perte d'intimité

L’utilisation du dispositif, pour injection de traitement ou prélèvement de sang, impose de découvrir une large zone autour du cathéter ou du boîtier.

Cette région doit être en effet désinfectée par l’infirmière avant branchement du dispositif, pour éviter tout risque d’infection.

Avec des vêtements non adaptés, les patients se retrouvent ainsi partiellement dénudés, à la pose et pendant toute la durée de la perfusion. Et s’ils portent un haut dont l’encolure ne permet pas un élargissement suffisant, ils devront l’enlever complètement.

D’où des séances de soins marquées par de l’inconfort physique (froid lorsqu’on est découvert) et psychologique (intimité non respectée). Alors qu’il s’agit de moments où on a besoin de se sentir bien dans son corps et dans sa tête pour recevoir des traitements très impactants.

Porter des vêtements adaptés allège alors le poids de ces séances de soin.  A minima des vêtements avec ouvertures standard (chemises, gilets), OU ENCORE MIEUX …

Des vêtements spécifiquement conçus pour les besoins des patients équipés de voies veineuses dans le thorax.

Avec des ouvertures astucieuses qui respectent au maximum l’intimité et se referment autour des tubes de la perfusion.

À découvrir :

En bonus : ils facilitent et sécurisent les gestes de l’infirmière pour une pose de perfusion plus sereine !

Élimination des sources de gêne

Certaines situations de vie peuvent provoquer une gêne voire une douleur chez les porteurs d’une chambre implantable.

C’est notamment le cas du port d’une bandoulière ou d’une ceinture de sécurité, qui viennent frotter et appuyer sur la peau qui recouvre le dispositif.

Face à ce problème, il existe des solutions molletonées qui le suppriment en se plaçant entre la peau et la bande irritante.

Icône qui symbolise nos coups de coeur pour des solutions pour voie veineuse centrale
Mon Carré Doux, un coussin douceur qui apaise les douleurs !

À découvrir ici.

Gestion des pansements

Dans le cas du cathéter veineux central, une des extrémités du tube ressort du corps.

En dehors des soins, cette partie externe doit toujours rester protégée par un pansement, mis en place par un professionnel de santé.

Pour garantir la bonne fermeture de ce pansement, il convient alors d’éviter les situations de frottement qui pourraient le décoller.

D’autre part, ce pansement ne doit pas être mouillé au risque de ne plus assurer son rôle de protection du cathéter contre l’infection. Il faut donc « protéger temporairement le pansement avec un matériau imperméable lors de la douche ou d’une exposition à l’eau » (selon la recommandation de la Haute Autorité de Santé).

Icône qui symbolise nos coups de coeur pour des solutions pour voie veineuse centrale
Un pansement qui offre une protection étanche de la zone où se situe le pansement qui recouvre le CVC.

Il permet aux patients de retrouver le plaisir d’une vraie douche !

À découvrir ici.

Pour la chambre implantable, les problématiques liées au pansement ne se posent qu’au cours de la dizaine de jours nécessaires à la cicatrisation après la pose. Au delà de ce délai, le dispositif ne nécessite en effet pas de pansement et permet de prendre des bains et douches.

Prévention des traumatismes

Pour ne pas endommager la voie veineuse centrale ni la faire bouger, il convient d’éviter certains gestes :

  • le port de charges lourdes,
  • les sports violents,
  • les sports caractérisés par la répétition de mouvements du buste et des bras (tir à l’arc, tennis…).

Surveillance régulière

Surveiller quotidiennement son dispositif permet d’identifier au bon moment les éventuels dysfonctionnements et d’en prévenir les complications.

Il faut notamment vérifier :

  • le pansement : fermé sur les 4 côtés, non tâché, sec ;
  • le point d’insertion ou la chambre implantable : absence de douleur, de rougeur, d’écoulement, de démangeaison, de sensation de chaleur ;
  • la température corporelle : absence de fièvre et de frissons.

En cas d’anomalie constatée, il convient alors d’en informer les soignants qui suivent vos traitements.

Comment se protéger des douleurs éventuelles de la piqûre ?

En cas de douleur ressentie au moment de la pose de perfusion dans la chambre implantable, l’application d’un patch anesthésiant sur le site d’injection vient supprimer la sensation douloureuse.

Comment cacher esthétiquement son dispositif ?

Une voie veineuse thoracique reste un symbole permanent de la pathologie. Même une chambre implantable, pourtant implantée sous la peau, reste visible par le relief qu’elle et le tube relié créent.

Or on peut avoir besoin de penser à autre chose qu’à la maladie. Pour poursuivre une vie en dehors de celle-ci, entretenir des relations naturelles avec les autres, faire des projets…

Dissimuler le dispositif et conserver une image « normale » peut alors se révéler nécessaire pour certains.

Cela passe en particulier par le choix de vêtements adaptés à la position du dispositif au niveau du thorax : ni trop décolletés, ni trop moulants. Soit dans sa garde-robe soit par l’acquisition de nouveaux vêtements. 

À découvrir :

Le design de nos vêtements a été pensé pour apporter la discrétion souhaitée aux porteurs de dispositifs. Un décolleté qui garantit leur dissimulation, une forme qui ne colle pas au corps. 

Nous expédierons toutes les commandes passées jusqu’au 23 décembre à 16h.

Et reprendrons les livraisons le 2 janvier.

Passez de Belles Fêtes !