Des pratiques physiques pour la prise en charge de la douleur

prise en charge de la douleur

Table des matières
Articles de blog associés

Que sont les pratiques physiques ?

Les pratiques physiques se définissent comme des actions directes sur le corps ou sur des phénomènes physiques.

Elles impliquent l’utilisation de mouvements, d’exercices, de techniques manuelles, de dispositifs mécaniques ou de technologies pour influencer le corps ou les processus biologiques.

En quoi sont-elles des soins de support ?

Les pratiques physiques peuvent avoir un impact significatif sur le bien-être, physique comme psychique.
Elles s’utilisent pour gérer de nombreux symptômes, notamment la fatigue et la douleur.

Dans la prise en charge de la douleur par exemple, de telles approches permettent :
  • d’atténuer l’intensité ressentie,
  • d’améliorer la tolérance à la douleur,
  • de mieux gérer les sensations douloureuses.
Elles mettent en effet en oeuvre certains mécanismes aux effets positifs :
  • libération d’endorphines, hormones naturelles du bien-être, qui bloquent les signaux de douleur et produisent des sensations de calme et de plaisir ;
  • réduction du stress et de l’anxiété, pouvant influencer la perception de la douleur, la rendant plus supportable ;
  • amélioration de la mobilité, de la flexibilité et de la force musculaire, notamment autour des zones affectées par la douleur, pour réduire la tension, améliorer la posture et diminuer les pressions exercées sur les tissus douloureux ;
  • modification de la perception de la douleur par l’influence sur les neurotransmetteurs et les récepteurs de la douleur dans le système nerveux, pouvant diminuer la sensibilité aux stimuli douloureux ;
  • amélioration de la qualité du sommeil et de la récupération.
Le massage, une méthode physique de prise en charge de la douleur

Soins de support - avertissement

Un certain nombre de pratiques par thérapie physique font partie des interventions non médicamenteuses.
Variabilité
Tout individu réagit de manière unique à une intervention, qu’il s’agisse de l’usage d’un produit, de la pratique d’une activité, d’une manipulation….

Les effets des pratiques physiques peuvent ainsi varier d’une personne à l’autre, voire d’un moment à l’autre.
Compatibilité
Une intervention, médicamenteuse ou non, peut entrer en conflit avec d’autres traitements ou des conditions médicales particulières.
Besoin d’expertise
Aussi est-il important de consulter un professionnel (médecin, enseignant en activité physique adapté, professionnel de santé spécialiste de la pratique) avant l’utilisation d’un nouveau produit.

Seuls ces professionnels ont en effet les compétences nécessaires pour identifier l’adéquation d’une pratique avec une situation donnée et l’adapter dans le temps en fonction de l’évolution de l’état de l’individu.
Cette page vise seulement à sensibiliser à l’existence de différentes pratiques physiques. Des études pour démontrer leurs effets, notamment dans la prise en charge de la douleur, peuvent rester à mener.

Quelles pratiques physiques pour quels bienfaits ?

Activité physique adaptée

La pratique d’une activité physique a démontré de nombreux bienfaits dans la gestion de certaines pathologies, comme le cancer par exemple.

Il convient cependant d’ajuster la pratique à la situation particulière de chacun, d’où le terme d’activité physique adaptée (ou APA). Elle agit ainsi en complément des traitements pour améliorer :
  • l’endurance, la force musculaire et la souplesse, notamment importantes dans les maladies chroniques ou en convalescence ;
  • la gestion des symptômes et des effets secondaires, comme la fatigue ou la douleur ;
  • le fonctionnement du système immunitaire qu’elle stimule ;
  • la qualité de vie (énergie, sommeil, bien-être).
Également, elle peut réduire le risque de récidive et agit en prévention de futurs problèmes pour :
  • le maintien d’un poids sain,
  • le renforcement du système cardiovasculaire,
  • la régulation de la glycémie,
  • la réduction du stress, de l’anxiété et de la dépression,
  • le renforcement musculaire et osseux.

Physiothérapie

Également appelée kinésithérapie dans les pays francophones, la physiothérapie est une discipline de santé qui vise à prévenir, diagnostiquer, traiter et réhabiliter les problèmes physiques et fonctionnels du corps humain.

Le professionnel de santé élabore un plan de traitement personnalisé après avoir établi un diagnostic.

Ce plan peut alors inclure une gamme de techniques thérapeutiques variées :
  • des exercices de rééducation, des manipulations, des massages, des étirements, des techniques de mobilisation articulaire ;
  • des modalités physiques (comme la chaleur, la glace, l’électrothérapie, thérapie par ultrasons etc.) ou d’autres interventions adaptées à la condition du patient.
Ces techniques agissent en particulier dans :
  • la prise en charge de la douleur pour mieux la gérer et diminuer son intensité ;
  • l’amélioration de la mobilité articulaire, de la flexibilité musculaire et de la force, pour réduire les limitations physiques ;
  • la rééducation après une chirurgie des mouvements altérés par l’intervention, pour récupérer la fonctionnalité perdue, favoriser la guérison et réduire les complications post-opératoires ;
  • la réadaptation neurologique, dans le cas de troubles tels les accidents vasculaires cérébraux (AVC), les lésions médullaires ou les maladies dégénératives, pour réapprendre les mouvements, améliorer l’équilibre et restaurer la fonctionnalité ;
  • la gestion des conditions chroniques (arthrite, les douleurs chroniques dorsales, troubles respiratoires) à travers des exercices et stratégies qui améliorent la qualité de vie.
Au-delà des problèmes spécifiques ciblés, la physiothérapie optimise le bien-être global. Corps renforcé et restauré, condition physique améliorée, confiance en soi augmentée.

Thérapies manuelles

Les thérapies manuelles constituent un ensemble de techniques de traitement impliquant l’utilisation des mains.

Pratiquées par des professionnels de la santé, elles adressent ainsi diverses affections musculo-squelettiques, neuromusculaires et autres problèmes. Elles permettent alors de les évaluer, diagnostiquer et traiter.

Les thérapies manuelles visent généralement à :
  • améliorer la mobilité,
  • réduire la douleur,
  • restaurer la fonction,
  • favoriser la guérison.
Voici les plus couramment utilisées : ostéopathie, chiropraxie, massage thérapeutique, réflexologie, manipulation des tissus mous. Elles sont par exemple utilisées dans l’endométriose. Elles aident à mieux vivre avec une douleur chronique.

Ergothérapie

Également appelée thérapie occupationnelle, l’ergothérapie accompagne les personnes souffrant d’un problème de santé limitant les activités du quotidien.

Les ergothérapeutes interviennent ainsi auprès de personnes de tous âges pour améliorer leur qualité de vie. Ils conçoivent en effet des solutions qui leur redonnent de l’indépendance dans leur quotidien. Il peut notamment s’agir d’aménagement du domicile, de confection d’attelle, de rééducation par le geste…

Ils adressent alors des situations de handicap diverses :
  • permanentes ou temporaires,
  • de nature psychique, neurologique ou physique.

Thermalisme

Cette INM repose sur l’utilisation de ressources naturelles pour traiter diverses affections médicales et promouvoir la santé :
  • eaux thermales naturelles,
  • boues minérales,
  • gaz…
Le thermalisme se pratique dans les stations thermales. Des établissements spécialement aménagés autour de sources d’eau minérale y accueillent ainsi les patients.

Les soins se basent alors sur :
  • les eaux thermales, souvent riches en minéraux (soufre, magnésium, calcium),
  • la boue thermale, substance visqueuse et riche en minéraux qui mélange naturellement terre, eau thermale et matières organiques provenant de sources minérales chaudes.
Ils s’appliquent notamment par des bains thermaux, des douches, des compresses ou des applications locales. Ils contribuent en particulier à soulager les douleurs articulaires, musculaires ou chroniques.

Les cures thermales offrent par ailleurs un environnement propice à la relaxation. Les traitements thermaux combinés à l’atmosphère apaisante des établissements thermaux contribuent ainsi à réduire le stress, à calmer l’esprit et à favoriser la détente.

Selon leur nature, les eaux thermales s’avèrent parfois également bénéfiques pour les problèmes de peau tels que le psoriasis, l’eczéma ou les dermatites.

Les soins thermaux, tels que les bains chauds ou les douches à jets, peuvent améliorer d’autre part la circulation sanguine. Cela soulage ainsi les problèmes de jambes lourdes, les varices ou autres affections liées à la circulation.

Enfin, les cures thermales proposent souvent des programmes de rééducation et d’exercices dans l’eau. Ces exercices favorisent alors la récupération après des blessures, des chirurgies ou des problèmes orthopédiques. Les activités dans l’eau facilitent en effet les mouvements et améliorent la mobilité.

Hortithérapie

Il s’agit d’une forme de thérapie qui utilise le jardinage et l’interaction avec la nature comme moyen de promouvoir le bien-être mental, émotionnel et physique.

En encourageant l’engagement physique, cognitif et émotionnel et en stimulant les sens, l’hortithérapie peut contribuer à améliorer la cognition, la concentration et la mémoire.

Elle améliore la santé mentale et émotionnelle, réduit le stress, favorise la relaxation et renforce la connexion avec l’environnement naturel.

Le jardinage en groupe ou les activités en plein air favorisent souvent la socialisation, renforçant ainsi les liens sociaux et le soutien communautaire.

Enfin, le processus de semer, cultiver et voir les plantes croître peut procurer un sentiment d’accomplissement et de satisfaction personnelle.

Nous expédierons toutes les commandes passées jusqu’au 23 décembre à 16h.

Et reprendrons les livraisons le 2 janvier.

Passez de Belles Fêtes !