Article
gouttes rue du colibri

Socio-esthétique et bien-être des patients avec un cancer

massage du cou, des épaules et du thorax en socio-esthétique
La socio-esthétique contribue au bien-être des patients atteints de cancer. Reconnues par l’INCa (Institut National du Cancer), les socio-esthéticiennes font partie intégrante des équipes soignantes des centres hospitaliers en oncologie.

Le métier de socio-esthéticienne est double. Il requiert à la fois les savoir-faire d’une esthéticienne ET des compétences médico-sociales, indispensables pour accompagner au mieux les patients.
Son objectif est d’améliorer la qualité de vie des personnes malades à travers des soins socio-esthétiques.

Grâce à Hélène Nicolle Gehant, praticienne que nous avons eu le plaisir d’interviewer (cf. Le portrait d’une socio-esthéticienne), nous avons réalisé les bénéfices multiples apportés par la socio-esthétique. Nous nous intéressons ici à son impact sur le bien-être.

La socio-esthétique passe d'abord par des soins techniques d’esthétique

Au même titre que l’esthéticien(ne), la socio-esthéticienne réalise des soins techniques d’esthétique tels que :
  • Le soin du visage,
  • Les massages du corps et du visage,
  • Le maquillage,
  • L’entretien et l’embellissement des ongles et des pieds.
massage du visage en socio-esthétique
A ces soins classiques, s’ajoutent un ensemble d’autres techniques visant à :
  • soigner ou prévenir les effets secondaires,
  • accompagner la chute puis la repousse des cheveux,
  • (re)trouver l’estime et la confiance en soi.
Toutes ces pratiques sont adaptées aux patients et tiennent compte de leurs pathologies, des traitements reçus et des préconisations du corps médical.

A noter :  les socio-esthéticiennes ne font pas partie du corps médical mais des équipes de soins de supports. En tant que patient, on n’est pas obligé d’avoir ces soins. Ils sont proposés comme service dans certains établissements.

Selon le témoignage d’Hélène, « il est important que le patient fasse la démarche de prendre rendez-vous. Lorsqu’un patient réclame un soin, cela signifie qu’il lui apporte quelque chose et qu’il veut prendre soin de lui. » C’est une façon de prendre son traitement en main. Et d’avoir conscience que ces soins peuvent apporter du bien. Cette catégorie de soins permet de soigner certaines blessures dues au traitement (par exemple, des brûlures cutanées), d’embellir et de rehausser les traits d’un visage (par exemple, en dessinant les sourcils et en apposant du rouge sur les joues) mais surtout d’apporter du bien-être au patient, en détendant le corps et en soignant l’âme.

Apporter du bien-être en apaisant le corps

massage du bas du dos en socio-esthétique
À travers le toucher, les techniques de socio-esthétique permettent à la personne en parcours de soin de cancer de ressentir du bien-être, de (re)découvrir son corps, de se le réapproprier et d’apprendre à l’aimer avec la maladie.

Le soin est également utile aux traitements eux-mêmes. Pratiqué avant le début de la chimiothérapie, notamment au cours des premières séances, il apporte au patient une détente qui favorise l’acceptation et la réception de sa cure.

Pour Hélène Nicolle Gehant, l’apaisement du corps se lit à travers un « sourire, un regard » alors qu’avant le soin, on peut « lire la détresse et la peine dans leurs yeux. Il se manifeste également physiquement, le corps est plus relâché. Et puis, certains le verbalisent. »

Le processus de redécouverte de son corps s’accompagne de « beaucoup d’émotion pendant une séance, des larmes peuvent couler. Les patients retrouvent des sensations au fur et à mesure des soins, qui redessinent leur corps. »
Enfin, par ce contact physique, les patients se sentent moins seuls.

Soigner l’âme par une écoute privilégiée et bienveillante

Grâce aux soins esthétiques dispensés, la socio-esthéticienne remplit un rôle d’accompagnant tout au long du parcours de soin. Elle crée une bulle rassurante et relaxante où le patient est libre de livrer ses émotions et ses sentiments. Sa position neutre favorise l’expression des ressentis du patient, qu’il s’agisse de souffrance, de colère, de frustration… Elle peut également faire tampon avec le reste de l’équipe de soins si nécessaire.
L’apport psychologique est aussi (voire plus) important que l’amélioration esthétique.

Combiné au bien-être et la relaxation physiques apportés via le soin, il aide à l’acception du traitement et à la guérison. Il ne pourra cependant fonctionner qu’avec une vraie relation de confiance instaurée entre le patient et la socio-esthéticienne.

Selon le témoignage d’Hélène, avec certains patients, « le contact est plus difficile, mais on finit toujours pas trouver le fil conducteur ».
massage du haut du buste en socio-esthétique

De par son regard et une approche non médicalisée, la socio-esthéticienne atténue donc la souffrance, favorise l’acceptation de son image corporelle et redonne à la personne fragilisée son identité (cf. Socio-esthétique et estime de soi dans le cancer).

Merci à Gwladys Seabra de nous avoir prêté sa plume pour la rédaction de cet article !